~|icon-news~|biocoop-icon~|outline

Actualités

 

3 mai 2021

 

Bio Equitable en France

Entretien avec Vincent ROUSSELET – Directeur général

Comment est né ce label Bio équitable en France ?
Le label Bio Equitable en France s’appuie sur deux expériences solides et complémentaires de deux entreprises coopératives, BIOCOOP et la SCOP ETHIQUABLE. Ces deux groupes ont en effet souhaité converger leurs visions sur la pratique d’un commerce équitable engagé et cohérent, qui promeut une agriculture paysanne bio pour une transition écologique juste. Le 12 mai 2020, ce sont 27 groupements de producteurs (4000 fermes) et 26 entreprises de la bio issus de la démarche Ensemble de BIOCOOP et la charte Paysans d’ici de la SCOP ETHIQUABLE qui ont créé l’association Bio Equitable en France. Tous ces acteurs partagent l’envie de défendre à la fois une bio exigeante et un modèle économique et social pérenne. Il s’agit de proposer aux consommateurs des produits issus de filières durables, avec un système de garantie rigoureux basé sur un contrôle indépendant.

Quelle distinction entre le nouveau logo Avec nos Paysan.e.s associé.e.s et le label Bio Equitable en France ?
Nos Paysan.e.s associé.e.s font partie intégrante de la coopérative BIOCOOP, et sont des groupements intervenant dans les décisions de la coopérative.
Le label Bio Equitable en France est une association regroupant de nombreux acteurs, dont Biocoop. Elle est gouvernée majoritairement par des producteurs : 50% des voix à l’Assemblée Générale, la moitié des administrateurs au Conseil d’Administration, un président producteur.
De plus, le label garantit une durabilité des filières à travers des relations équitables et contractualisées, afin de générer une nouvelle dynamique en France en faveur d’un commerce responsable et bio. Concrètement, cela se traduit par un référentiel rigoureusement construit sur le respect des principes du commerce équitable définis dans la loi du 31 juillet 2014.
Les deux démarches représentent ainsi des gages de qualité sur lesquels le consommateur peut avoir confiance. Alors que Avec nos Paysan.e.s associé.e.s se retrouve uniquement sur la marque Biocoop, le label Bio Equitable en France peut se retrouver sur toutes les marques engagées dans le commerce équitable.

Côté commerce, en quoi est-il équitable ?
La label promeut des pratiques commerciales respectueuses et solidaires entre acteurs de la filière. En effet, une convention pluriannuelle est signée entre les acteurs d’une même filière lors d’une labellisation d’une chaine alimentaire et de la certification d’un produit fini. Cette convention permet d’assurer un engagement minimum de 3 ans afin de pérenniser les débouchés des producteurs et d’assurer une rentabilité des productions engagées. Cette convention est ainsi une sécurité pour les producteurs, qui constituent souvent la variable d’ajustement face à des acteurs de taille beaucoup plus importante.
Le fonds de développement est une seconde démonstration forte du label en faveur d’un commerce équitable. En effet, grâce à ce fonds les utilisateurs du label versent 1% du prix des matières premières vendues par les groupements de producteurs. Cette somme va permettre de renforcer une dynamique collective et/ou d’améliorer les conditions de production afin d’investir pour l’avenir.
Enfin, Bio Equitable en France garantit des prix équitables, basés sur les coûts de production et qui permet aux producteurs d’investir pour se développer, expérimenter de nouvelles pratiques et innover. Un prix équitable doit prendre en compte toute la chaîne du champ à l’assiette, pour que chacun puisse vivre du produit et que le consommateur participe à une juste économie.

Et pour le consommateur, quelles sont les garanties ?
L’étiquette du label Bio Equitable en France sur un produit garantit :
– un produit dont les impacts sur l’environnement sont réduits au maximum, chaque producteur de groupement contrôlé doit mettre en place des pratiques de cultures durables et agroécologiques afin d’agir pour préserver l’équilibre du vivant. Le cahier des charges du label va ainsi plus loin que la certification AB européenne et intègre des critères de production stricts sur la saisonnalité, l’utilisation d’additifs, la préservation des sols…
– des pratiques sociales dignes et transparentes au sein des filières alimentaires par une juste rémunération des paysans et paysannes qui œuvrent pour assurer au quotidien la souveraineté alimentaire du pays, le refus d’employer des travailleurs détachés et des pratiques sociales respectueuses des salariés dans les entreprises labellisées.
– une agriculture paysanne et résiliente qui défend la biodiversité d’aujourd’hui et de demain face à des conditions de changements climatiques impactantes. Entre savoir-faire ancestraux et innovation, les groupements de producteurs ciblent des fermes à taille humaine certifiées bio et organisées en groupement autonome. Ils œuvrent pour préserver les ressources et la biodiversité et laisser aux générations futures une terre fertile et vivante. Ils deviennent ainsi moteurs d’une transition écologique nécessaire et essentielle.

Qu’est-ce que vous attendez avec la création de ce label ? 
Le label veut sensibiliser le public vers une consommation responsable et durable se définissant par :
– un soutien des productions Françaises et locales
– un engagement sur l’achat des produits à travers sa durabilité plutôt que par son prix
– un engagement militant et solidaire pour une juste répartition de la valeur entre les acteurs d’une filière

Les attentes du label se tournent aussi vers un renforcement des filières agro-alimentaires françaises, en promouvant des chaînes équitables et soutenues par l’ensemble de ses acteurs. Dans un contexte de concurrence de plus en plus évidente sur les marchés de la bio, la structuration de filières équitables est un engagement majeur du label afin de pérenniser les filières et d’encourager de nouveaux acteurs à s’investir dans des rapports solidaires et transparents.

Enfin, une attente forte de la part des producteurs est de favoriser des groupements ayant une gouvernance démocratique et s’engageant pour ses producteurs. Le groupement permet un espace de parole commun dans lequel les paysans peuvent expérimenter et innover pour construire un nouveau modèle agricole plus soucieux de l’environnement.