Producteur

LA FERME DU DOMAINE

Julien Cesbron, vous l’avez peut-être connu comme responsable du rayon fruits et légumes à la Caba de la Chalouère. En 2009, il décide de rejoindre son père, Rémy, dans la ferme familiale qui surplombe le village de Chanzeaux, : 60 hectares de terres, une production principale de 4500 poulets et pintades par an et 30 vaches allaitantes. Tout en bio, c’était une évidence pour Julien que ses études en environnement, son parcours à la Biocoop CABA ont conduit tout naturellement vers une démarche écologique.

La visite s’organise selon les étapes de la vie d’un poulet : la phase de démarrage (de 3 à 30 jours) commence dans la chaleur des poussinières, puis celle de croissance (de 30 à 60 jours) pour s’achever avec la finition, de 60 à 110/120 jours. L’abattage se fait au- delà de l’âge officiel prévu par le cahier des charges bio (91 jours) ce qui permet d’atteindre la maturité sexuelle des animaux, idéal pour la qualité gustative de la viande. Les poulets sont donc abattus à 120 jours minimum, les pintades entre 160 et 170 jours, explique Julien Cesbron.

A la ferme du Domaine, poulets et poulettes, pintades (mâles et femelles) sont bichonnés : litière impeccable, lumière du jour, enclos spacieux et surtout accès libre à de verts pâturages où foisonnent les fleurs de camomille : les volatiles profiteraient-ils de leurs vertus médicinales bienfaisantes ?

Puis, arrêt devant les rations alimentaires. Car tout le succès de sa production tient bien à sa maîtrise de l’alimentation des poulets au cours de ces 3 différentes phases. Et Julien sait bien nous le faire entendre car il travaille depuis des années à un objectif essentiel : réduire le coût de sa production. Comment ? En produisant le maximum de céréales sur place. Triticale, pois, tourteau de tournesol, son de blé et bientôt maïs grâce aux 20 hectares supplémentaires qu’il commence tout juste à louer et qui lui permettront une meilleure rotation et fertilisation. Quand le cahier des charges bio impose un minimum de 10% produit sur la ferme, Julien lui, vise dès demain les 60% ! « La fabrication d’aliments à la ferme me semblait évidente pour des raisons économiques et de cohérence pour un élevage bio en vente directe. Je veux pouvoir me passer de l’achat de tourteaux de soja ! » Aliments qui assurent les périodes de croissance et de finition « la période de démarrage étant trop courte et trop délicate ». Grâce à des formations, des échanges avec d’autres éleveurs et un logiciel de formulation qu’il a initié avec le concours de la chambre d’agriculture, Julien maîtrise aujourd’hui les besoins nutritionnels de ses volailles ! Autre satisfaction : l’acquisition récente d’une mélangeuse broyeuse et le projet d’une vis d’alimentation et de distribution lui permettant d’alléger son temps de travail.

Notre visite s’achève devant son troupeau de vaches, belles limousines rousses, réputées pour la qualité gustative de sa viande et « aux vêlages sans encombre. Ici on ne voit jamais le vétérinaire ! » Nourries à l’herbe et au foin exclusivement, elles veillent sur leur petits : les veaux seront abattus entre 8 et 12 mois et les génisses conservées pour renouveler le troupeau.

Source : Caba Quoi de Neuf n°12_Juillet-Août 2016

Contact

~|map-marker~|font-awesome~|solid
La Ferme du Domaine
Julien Cesbron
Chanzeaux
~|envelope~|font-awesome~|solid
~|icon_house~|elegant-themes~|solid

Les produits proposés

  • Veau
  • Bœuf
  • Poulet
  • Pintade
  • Volailles festives de fin d’année (oie, poularde, chapon et coq)