Actualité

La Biodiversité chez Biocoop

29 Mar 2024

Aujourd’hui on le sait, la survie de la biodiversité est menacée par le changement climatique, la pollution et la destruction massive des écosystèmes (forêts, fonte des glaces, sécheresses…). Sa sauvegarde est donc plus que jamais nécessaire pour garantir un avenir durable pour notre planète, mais que pouvons-nous faire, nous consommateurs, pour cela ? 

Que fait Biocoop pour la Biodiversité ?

Depuis plus de 35 ans, Biocoop, à travers les produits issus de l’Agriculture Biologique, est engagé en faveur du climat, de la biodiversité et de la diversité nutritionnelle à travers ces actions :

  • Développement du vrac,
  • Refus du transport par avion des produits finis que nous commercialisons,
  • Arrêt de la vente d’eau en bouteilles plastiques,
  • Relocalisation des cultures avec la grenade, le maïs, les pruneaux, les amandes ; les filières ouvertes plus récemment sont les plantes aromatiques et médicinales, le miel.
  • Mise en place de filières agricoles,
  • Alimentation animale 100% française (ou pays limitrophes parfois pour le soja), incitation pour des élevages autonomes et herbagers,
  • Priorisation sur l’agroforesterie et les variétés anciennes,
  • Promotion du flexitarisme avec une place de choix pour les légumineuses, ainsi que pour une diversité des protéagineux et oléagineux,
  • Arrêt et remplacement des produits naturels par des produits biologiques avec des origines au plus proche.

Quelles filières françaises Biocoop soutient-elle ?

Biocoop s'engage fortement aux côtés des acteurs de la bio en France. Au-delà de son rôle de distributeur, Biocoop est aussi acteur de la structuration des filières agricoles biologiques. Pas moins de 9 filières françaises bio existent et sont présentes dans les rayons des magasin Biocoop. Nous montons des filières dans presque tous les secteurs de production :

  • Le lait de vache, la viande de poulet, de bœuf, de mouton,
  • Les graines comme les céréales, les légumineuses, les protéagineux et les oléagineux : moutarde, sarrasin, maïs, les farines
  • En fruits et légumes, la grenade, le maïs, les pruneaux, les amandes.
  • Les filières ouvertes plus récemment sont les plantes aromatiques et médicinales, le miel.

Comment s’incarne la Biodiversité chez Biocoop ?

Chez Biocoop, la biodiversité intègre à la fois la préservation des espèces menacées, la préservation de la faune et de la flore, la préservation de la diversité génétique des espèces animales et végétales, la préservation des variétés et des espèces anciennes et l’encouragement à une alimentation diversifiée. Et plus largement, par le refus de la déforestation, le développement de l’agroforesterie et la promotion des systèmes de production les plus favorables à la biodiversité : couverture des sols en hiver et en particulier l’importance des prairies permanentes, des tailles raisonnables des parcelles et la présence de haies.

Et encore plus concrètement, ça donne quoi ?

  • Biocoop développe et privilégie des solutions d’agroforesterie qui associent l’arbre à la culture, notamment pour les cultures du sud telles que le café et le cacao.
  • Au-delà des espèces menacées, Biocoop mène des actions fortes en faveur de la diversité génétique et la préservation du patrimoine génétique ancien : refus des OGM, promotion des variétés anciennes, désengagement des hybrides, promotion des cultures dites « mineures » qui favorise la diversité des cultures : c’est bon pour le sol et l’équilibre alimentaire
  • De plus, Biocoop offre des avantages sociaux, économiques et environnementaux aux « personnes » qui dépendent le plus de la biodiversité : ceci en développant le Commerce Equitable
  • Et encore plus concrètement, Biocoop milite pour une transparence sur l’impact des produits en termes de biodiversité et soutient le Planet score. En effet, ce logo permet aux consommateurs de choisir des produits qui favorisent la biodiversité, en sélectionnant les produits qui sont classés « A » sur le critère biodiversité.

C’est quoi les cultures mineures ?

A l’inverse des grandes cultures (blé, maïs, orge, colza, tournesol, etc..), les cultures mineures sont des cultures comme l’avoine, le seigle, le riz, le lin, le petit épeautre, le grand épeautre, le millet, le sarrasin, le chanvre, la cameline, les légumineuses, la châtaigne, l’amande…

Pourquoi consommer des cultures mineures ?

La consommation de cultures mineures permet de diversifier son alimentation et les cultures dans les champs. En France, 70% des surfaces sont occupées par 3 espèces : blé, orge, maïs. Cette situation appauvrit la biodiversité. D’où l’importance d’introduire d’autres espèces dites mineures pour restaurer de la biodiversité avec les bienfaits associés sur la fertilité des sols, ainsi que sur la richesse de la faune et de la flore.

C’est quoi la culture agroforestière ?

Concrètement, la culture agroforestière consiste à recréer un écosystème fonctionnant de manière la plus autonome possible. C’est l’association des arbres avec des cultures. La culture présente est associée avec des arbres natifs qui lui fournissent un ombrage. Certaines espèces telles que le café et le cacao poussent naturellement sous ombrage avec d’autres arbres mais pour augmenter les rendements, la monoculture de « plein soleil " s’est développée en conventionnel.

C’est quoi un café d’agroforesterie ?

C’est un café cultivé avec un mode de culture plus durable. L’association de plantes permet d’augmenter la fertilité du sol. Les feuilles des arbres, en se décomposant, augmentent la qualité du sol. De plus, les racines des arbres structurent le sol et l’eau est mieux absorbée. Une telle culture protège la biodiversité : c’est bénéfique pour les insectes, les oiseaux, les champignons...

Chez Biocoop, on a décidé de faire les choses différemment pour notre café d’Ethiopie, du Congo et du Pérou en sélectionnant des cafés cultivés dans leur environnement naturel, de manière traditionnelle. Concrètement, cela signifie que le café est planté aux côtés d'arbres qui sont originaires du pays, sans raser les parcelles. Pourquoi c'est important ? La culture du café représente 11 millions d’hectares de plantation répartis dans plus de 50 pays tropicaux, ce qui en fait une plantation pouvant conduire à la déforestation. Dans la majeure partie des cas, il est cultivé en monoculture !

Autres actus

AGENDA

Le 24 avril

Angers Doyenné

Atelier Cuisine « Ma cantine Buissonnière »